Les meilleures déclas de la journée

Au programme : du rugby propre, une indigestion de qualité et un essai attendu comme le messie.

Sport propre

« Le degré de sévérité et de surveillance autour de tout ça est désormais très élevé, et c’est très bien. On veut que le rugby soit le plus propre possible. On ne veut pas de tricheries dans le jeu. Le travail de World Rugby et la façon dont les agences anti-dopage gèrent tout ça est donc fantastique. »

Mark Jones (WAL), entraîneur de l’attaque de la Namibie, à propos de la campagne anti-dopage #KeepRugbyClean organisée ce week-end.

Indigestion de première classe

« Oui, je crois qu'il a mangé trop de bœuf de Kobe. »

Eddie Jones, sélectionneur de l’Angleterre, à propos de la sortie de Billy Vunipola à la mi-temps. 

Fair-play

« Les Argentins sont un peuple fier et nous aussi. Tout cela fait partie du jeu. On se serre la main à la fin, et tout va bien. »

L'Anglais Sam Underhill, à propos de la dimension physique du match contre l'Argentine.

Inutile de courir, il faut scorer à point

« C’est mérité, non ?  Je ne pensais pas que ça arriverait un jour. J’aurais aimé dire que j’ai couru 20 mètres, mais ç'a été plutôt facile en fait. J’ai juste pris le ballon et je me suis baissé autant que j’ai pu. »

Le joueur australien James Slipper, à propos de son premier essai, marqué pour sa... 94ème sélection !

Les Bleus, oui... mais lesquels ?

« Les Français, ce sont les Français - imprévisibles -, mais on va se concentrer sur nous-mêmes. »

Toutai Kefu, sélectionneur des Tonga, à propos du match contre la France.

Vous n’oubliez rien ? Mais si, Elma ! Notre reporter tout terrain, qui vous dévoile la Coupe du Monde sous un angle différent, s’est rendue au fameux marché aux poissons de Tsukiji, a demandé à Georges Gregan quelles équipes de la Coupe du monde étaient vegan, et bien d’autres choses encore.