Serin - Raka : l’essai de filou des Français

Le demi de mêlée de l'équipe de France Baptiste Serin a fait parler sa science du rugby pour décrypter la position de la défense des Tonga et envoyer Alivereti Raka à l'essai.

TOKYO, le 7 octobre – Il est possible d’inscrire un essai en étant plus fort que son adversaire, en étant plus chanceux également. Mais il existe une troisième voie, celle de l’essai marqué parce qu’on est plus intelligent que son opposant.

Dans cette dernière catégorie, les demis de mêlée s’octroient souvent la part du lion. Dernier exemple en date ce dimanche sur la pelouse de Kumamoto. À la 32ème minute de jeu face aux Tonga, Baptiste Serin envoie le futur Joueur du match, Alivereti Raka, derrière la ligne, pour porter le score à 17-0.

Tout part d’une mêlée – jusque-là chahutée – des Bleus. Les Tricolores obtiennent un bras cassé pour une poussée anticipée des Tonguiens. Tranquillement, le n° 9 de l'équipe de France semble patienter pour se placer derrière son pack et, potentiellement, demander une nouvelle introduction en mêlée.

C’est là qu’entre en jeu toute l’intelligence tactique et situationnelle du n° 9. Sur sa gauche, côté fermé, Serin – peut-être interpellé par Raka lui-même – s’aperçoit que son ailier a été oublié par la défense. Mais il ne se presse pas pour autant. On le voit remuer légèrement, bouger la tête dans tous les sens mais il reste le plus calme possible.

Le chrono ne joue pas en sa faveur (la défense peut avoir le temps de se replacer), mais Baptiste Serin connaît le règlement : il n’a pas le droit de jouer un coup-franc ou une pénalité dans le dos de l’arbitre. Il attend donc, serein tout en trépignant d’impatience, que Nic Berry jette un regard sur lui. C’est alors le signal pour jouer rapidement cette action.

Seuls deux joueurs sur la pelouse se sont rendu compte de ce qu'il se passait : Serin et Raka. Les Français – Jefferson Poirot en tête – se replacent pour disputer la mêlée qui suit. Les Tonguiens, concentrés sur la prochaine épreuve de force, sont également focalisés sur cette échéance. Et Cooper Vuna alors ? L’ailier en charge de Raka est inattentif. Il s’est rapproché de ses avants pour les encourager mais en oublie sa mission première.

Serin a jeté deux coups d’œil en direction de Raka, qui a saisi le message et se tient prêt sans pour autant démarrer sa course trop tôt. Le demi de mêlée donne le départ en jouant son coup-franc. Il avance suffisamment ballon en main (tout en fuyant les avants adverses pour éviter le plaquage) pour obliger Vuna à venir couvrir son accélération. Raka se retrouve alors avec le couloir des 5 mètres totalement dégagé.

Vuna a beau revenir, Raka a un temps d’avance. Le retour en travers de l’ailier tonguien est plein de détermination mais le Clermontois a la lucidité de poursuivre au pied (empêchant ainsi Vuna de le plaquer sous peine d’être sanctionné d’une pénalité voire d’un essai de pénalité).

Sur ce coup-franc, personne n’a pu assurer la couverture côté tonguien, et Raka peut être le premier sur le ballon. Il assure sa prise de balle en se couchant pour marquer d’un roulé-boulé. Pas du meilleur effet point de vue esthétique mais diablement efficace. L’équipe de France semble s’envoler vers la victoire (17-0), et cet essai aura une importance cruciale au moment de faire le dos rond face au retour des Tonga.

RNS sl/sdg/rl/ajr/fl/mp