Les meilleures déclas de la journée

Au programme : des agneaux, le bon vieux temps, un défi monumental et un couvreur découvert...

Very bad things

« Il va falloir qu’on prenne un peu de plus de vice. Sur certains secteurs, on est encore des agneaux, de bons élèves. À un moment, il faut aussi savoir faire comme les autres… Je n’invite pas à tricher mais à avoir du vice, du métier. Avec l’expérience qui s’accumule, le vécu commun. Il faut qu’on en ait un peu plus. » 

Le Français Jefferson Poirot, à propos des difficultés des Bleus en mêlée.

Souvenirs musclés

« Le bon vieux temps me manque. Celui où on s’éclatait et où je pouvais rentrer dans tout le monde. » 

Le pilier samoan Logovii Mulipola, à propos des matches de village dans son île natale.

Seul contre tous

« Ce sera nous contre le reste du monde, dans une certaine mesure. On se prépare pour ça, ce sera un défi monumental. Tout le monde pense qu'on va se faire sortir et ça rend le truc encore plus stimulant. On est bien décidés à montrer à tout le monde de quel bois on se chauffe ce week-end. »

Le centre écossais Pete Horne, à propos de l'état d'esprit des Écossais en vue du match décisif face au Japon.

Mr Nobody

« C’est une grande chance d’être là et c’est déjà super. Je ne connaissais personne et ils ne me connaissaient pas quand j’ai été appelé pour la première fois dans l’équipe. »

Le Tonguien Siua Maile, à propos de sa participation à la Coupe du Monde de Rugby 2019, lui qui était encore couvreur en Nouvelle-Zélande il y a quelques semaines.

Tous ensemble, tous ensemble

« On est impatients de se retrouver pour construire quelque chose d’autre. Pour nous, c’est parfois difficile d’être loin de notre pays et de ne pas pouvoir échanger avec nos concitoyens. Il reste encore beaucoup de choses à faire. On y va pas à pas, d’année en année. On espère qu’on sera encore un peu mieux lors de la prochaine Coupe du Monde que pour celle-là. »

Le capitaine fidjien Dominiko Waqaniburotu, à propos de l’avenir de la sélection fidjienne.

Altruiste, mais pas trop

« Mallia a été tout simplement magique aujourd’hui, il a fait des courses de dingues. Ce type peut jouer dans toutes les positions. Cette année, il a joué en 10, 12, 13, à l'arrière… C’est un joueur génial. Il a l’avenir devant lui. J’espère qu’il ne va pas se mettre à jouer 13 parce que j’aime bien mon poste. »

Le centre argentin Matias Moroni, à propos du Joueur du match (contre les États-Unis) Juan Cruz Mallia

 

Quoi de neuf du côté d'Elma ? Notre reporter de choc est partie à la rencontre des Japonais à l'entraînement, a posé quelques questions très personnelles à Blair Kinghorn, et bien d'autres choses encore.