Les Fidji quittent la compétition la tête haute

Brillants une mi-temps contre l’Australie et la Géorgie, méconnaissables contre l’Uruguay, les Flying Fijians ont enfin montré leur consistance sur tout un match face à la grosse adversité galloise. Ils sortent battus (29-17) mais convaincants, à l’image de l’ailier Semi Radradra, Joueur du match.

OITA, le 9 octobre - Le match de la Poule D entre le pays de Galles et les Fidji ne revêtait pas les mêmes enjeux pour les deux équipes. Le pays de Galles, vainqueur de l’Australie 29-25, visait la consolidation de sa pole position dans la Poule D et l’obtention dès ce soir de son billet pour les quarts de finale. Mission accomplie. Les Fidji, eux, voulaient confirmer leur regain de forme après leur nette victoire 45-10 sur la Géorgie. Ils voulaient surtout montrer que leur rugby valait mieux que les bouts de matches effectués jusque-là, en l’occurrence une mi-temps contre l’Australie et l’Uruguay.

Mission réussie également pour les Flying Fijians qui, s’ils ont laissé échapper la victoire au bout du suspense, ont montré que leurs qualités – vitesse, multiplication des séquences ballon en main – pouvaient s’étaler sur 80 minutes d’un match de haut niveau. Alors, certes, tout n’a pas été parfait. Les Fidjiens ont eu du déchet : trois en-avants sur des actions d’essai, deux cartons jaunes et surtout cette mésentente à la récupération d’une passe au pied entre le Racingman Leone Nakarawa et le Clermontais Peceli Yato, qui aurait pu faire basculer la rencontre pour eux à un quart d’heure de la fin.

Mais la pression qu’ils ont exercée sur les Gallois aura pesé tout le match. Leur troisième ligne a agressé les Dragons d'entrée en montant très rapidement sur la ligne d’attaque. Elle a ouvert les brèches, à l’image du capitaine Dominiko Waqaniburotu, qui a montré l’exemple dès la première charge. La mobilité de leurs avants, et notamment de leur deuxième ligne, n’avait rien à envier à celle de leurs adversaires du soir. Avec ses six ballons captés en touche, Nakawara a régné en maître dans les airs.

Le poison Radradra

Derrière, les trois-quarts ont été virevoltants, bien menés par l’ouvreur Ben Volavola, qui a montré qu’il pouvait être un véritable métronome dans l’alternance du jeu. Dommage qu’il ait manqué ses deux transformations en première mi-temps. La paire de centres Levani Botia – Wiasea Nayacalevu a redoublé d’efforts et de courses dans les intervalles, illustrant la supériorité finale des Fidjiens dans la possession (60 %) et l’occupation territoriale (57 %).

Mais c’est surtout le trident ailiers-arrière qui a été de tous les coups. Le numéro 15, Kini Murimurivalu, et le 14, Josua Tuisoava, ont inscrit les deux essais de leur équipe, au terme d’actions collectives de grande classe, dignes des meilleures nations. S’il n’a pas marqué, Semi Radradra a été le véritable poison de l’attaque fidjienne, multipliant les accélérations et les appels, participant inlassablement aux basculements de jeu d’une ligne à l’autre.  

Son titre de Joueur du match (19 ballons portés, 140 mètres parcourus) est tout un symbole. Car si les Fidjiens ont perdu aujourd’hui sur le plan comptable, les Flying Fijians et Radradra ont sans doute remporté la victoire du courage et de la générosité. Ils peuvent donc sortir la tête haute et la conscience tranquille de cette Coupe du Monde de Rugby 2019.

Les déclas d’après-match

« Je suis extrêmement fier des efforts que les gars ont fournis ce soir. Ils ont affronté une équipe qui a remporté le Tournoi des Six Nations, qui a été n°1 mondiale cette année et ils l'ont regardée dans les yeux. Même si on n’a pas réussi à l’emporter, ils ont tout donné. »

John McKee (NZL), sélectionneur des Fidji.

« On n’était pas dedans en début de match. On savait que les Fidjiens jouaient leur survie. On savait que ce serait un match compliqué pour nous et ç'a été le cas. On a vu le meilleur visage des Fidji aujourd’hui. Je les respecte profondément. On a fait le job mais on a encore du pain sur la planche. »

Alun Wyn Jones (WAL), capitaine du pays de Galles.

Les stats d’après-match

Josh Adams est devenu le premier joueur gallois à inscrire un hat-trick en Coupe du Monde de Rugby depuis Cory Allen en 2015 contre l’Uruguay.

Avec 18 matches, Alun Wyn Jones rejoint Gareth Jenkins en tant que joueur gallois ayant disputé le plus grand nombre de rencontres en Coupe du Monde de Rugby.

RNS lc/sc