L’Irlande est revenue à l’essentiel

Obligée de s’imposer avec le bonus afin d’assurer sa place en quarts de finale, l’Irlande a fait le travail face aux Samoa (47-5). Pour cela, il a fallu revenir aux basiques du rugby irlandais : des pénaltouches efficaces, des avants conquérants et un ouvreur dans un grand jour.

FUKUOKA, le 12 octobre - Ce n’est pas une surprise mais l’Irlande est qualifiée pour les quarts de finale de la Coupe du Monde. Ce qui l’est un peu plus en revanche, c’est la difficulté avec laquelle les anciens numéros 1 mondiaux ont arraché leur billet. Contre les Samoa, ce samedi à Fukuoka (47-5), il a fallu s’appuyer sur ce qui a toujours fait le succès de l’Irlande pour atteindre l’objectif minimal fixé.

La pénaltouche, rampe de lancement privilégiée

Un succès en trois actes pour des Irlandais qui ont commencé leur entreprise de destruction dès le lever de rideau. Il a tout d’abord fallu occuper le camp adverse avec le pied de Conor Murray et de Jonathan Sexton. Revenue aux affaires, la charnière habituelle a rapidement trouvé ses marques et rappelé pourquoi le XV du Trèfle a battu deux fois les All Blacks ces dernières saisons.

Le décor planté, les acteurs se sont mis en branle. Comme il est de tradition dans les rangs irlandais, ce sont les avants qui ont donné la première réplique. Sur une touche à cinq mètres, la prise de balle est parfaite, le maul bien construit pour expédier Rory Best derrière la ligne (7-0, 6ème). Bis repetita cinq minutes plus tard. Cette fois-ci, la touche ne permet pas un maul mais envoie Furlong en terre promise malgré deux défenseurs sur le dos (14-0, 11ème).

Sexton, maître des lieux

Le deuxième acte met en scène l’acteur principal. Meilleur joueur du monde en 2018, Jonathan Sexton dévoile toute sa panoplie. Après avoir manœuvré au pied en début de représentation, il montre qu’il a également des jambes de feu pour suivre la prise d’intervalle de Larmour et conclure (21-0, 22ème). Comme dans toute bonne pièce, une péripétie vient mettre un peu de suspense dans cette soirée. Une bascule en deux temps : tout d’abord avec l’essai du capitaine samoan Lam (21-5, 26ème) puis le carton rouge adressé au centre celte Aki (29ème). 

Les Irlandais sont dans le doute. Juste avant l’entracte, l’acteur principal revient sur scène au moment où il est le moins attendu. Derrière une mêlée stable à 5 mètres, les Irlandais décident de jouer petit côté. Servi dans l’intervalle, Sexton est lancé pour marquer malgré deux défenseurs sur le dos (photo ci-dessus) (26-5, 39ème).

Les figurants tiennent leur rôle

Le bonus offensif assuré, la victoire presque sécurisée, Joe Schmidt peut démarrer le troisième acte. Il décide de faire participer l’ensemble de son casting. À l’image de Sexton (remplacé par Carbury), Best (par Scannell) ou encore Murray (par McGrath), les vedettes de ce spectacle cèdent leur place avant même l’heure de jeu. C’est l’heure pour les habituels hommes de l’ombre de se montrer. Après un pilonnage en règle de la ligne adverse, Larmour, ci-dessous, est servi petit côté pour marquer (33-5, 50ème).

En ce jour de typhon, les Irlandais ont fait souffler un vent de folie sur les Samoans. À un quart d’heure de la fin, les Celtes ont franchi le cap des 40èmes rugissants grâce, une nouvelle fois, à une épreuve de force. C’est le troisième ligne centre CJ Stander qui a conclu le travail, emportant tout sur son passage avant que Conway, sur un service au pied de Carbery, ne mette un terme à la représentation (47-5, 72ème).

À 14 contre 15 pendant plus de 50 minutes, les Irlandais ont vécu une soirée sans fausse note. Un succès bonifié qui les envoie en quarts de finale. Restera à savoir dans quelle salle sera la prochaine représentation et face à quel adversaire (l’Afrique du Sud ou la Nouvelle-Zélande, selon le résultat de Japon - Écosse, ce dimanche). Une chose est sûre : au terme de ces 80 minutes d’un tableau sans réelle fausse note - excepté le carton rouge d’Aki -, le public pouvait quitter les lieux sur une ovation. L’Irlande sera de retour la semaine prochaine avec une nouvelle pièce. Mais sans doute les mêmes acteurs principaux.

La stat du match : 16

Les Irlandais ont réussi un 100 % en touche en captant leurs 16 lancers ce samedi soir. En ajoutant les 8 mêlées conservées (sur 9), les Irlandais se sont offert des rampes de lancement idéales.

À noter également l’alternance de la charnière Murray-Sexton, avec 33 coups de pied durant la rencontre pour mettre la pression sur la défense samoane et occuper le camp adverse.

Les déclas :

« Les avants ont fait un gros match, ce sont eux qui ont imprimé la dynamique, donc félicitations à eux. »
Jordan Larmour, arrière de l'Irlande, désigné Joueur du match.

« Sachant tout ce qui s'est passé, sur et en dehors du terrain, je tiens à remercier les gars pour s'être accrochés semaine après semaine. Ça n'a pas été facile. On peut partir la tête haute. »
Jack Lam, capitaine des Samoa.

RNS fl/sc