Hansen - Schmidt : belle de match

Le quart de finale entre l’Irlande et la Nouvelle-Zélande mettre au prise deux des meilleurs sélectionneurs du monde : Steve Hansen et Joe Schmidt.

TOKYO, le 15 octobre – Nouvelle-Zélande – Irlande est une des rivalités les plus marquantes de ces dernières années. Un match qui oppose deux équipes qui règnent sur leur hémisphère. C’est aussi la confrontation entre deux sélectionneurs que tout rapproche et tout oppose.

Le quart de finale entre les deux nations sera le point final d’une histoire. Celle entre Steve Hansen, le sélectionneur de la Nouvelle-Zélande, et Joe Schmidt, son homologue de l’Irlande. Les deux hommes, tous deux néo-zélandais, sont arrivés quasiment en même temps à la tête de leurs équipes respectives (2012 pour Hansen, 2013 pour Schmidt). Depuis, ils ont régulièrement croisé le fer.

Il a fallu 108 ans et 27 échecs (26 défaites et un nul en 1973) pour que l’Irlande puisse enfin regarder les All Blacks dans les yeux. Et ce pour le premier match de Joe Schmidt face à sa nation de naissance. Dès son intronisation, en novembre 2013, il a failli faire tomber les champions du monde. Seul un essai de Ryan Crotty au bout du temps additionnel, transformé par Aaron Cruden, a permis aux Néo-zélandais de s’imposer in extremis sur la mythique pelouse de Lansdowne Road (22-24).

Trois ans plus tard, c’est à Chicago que l’Irlande va mettre fin à 111 ans d’attente. Un chef d’œuvre tactique de Joe Schmidt, qui a pris le dessus sur son homologue (40-29)… deux semaines avant que celui-ci ne prenne sa revanche à Dublin (9-21 pour la Nouvelle-Zélande).

Mené 2-1 dans les confrontations directes, Joe Schmidt est revenu à hauteur en novembre 2018. Un match qui a (déjà) un avant-goût de suprématie mondiale entre des Blacks vainqueurs du Rugby Championship cette année-là et des Irlandais tenants des Six Nations. À Dublin, devant plus de 50 000 supporters, le XV du Trèfle a éteint l’attaque néo-zélandaise (16-9). Une victoire avec une attaque étincelante à Chicago, une autre avec une défense de fer, l'Irlande a montré qu'elle avait la panoplie complète.

« Nos trois derniers résultats contre eux sont une défaite, une victoire et une défaite, donc on ne va certainement pas arriver en sifflotant, affirme Steve Hansen, qui a déjà planté le décor. Quand on les a joués en novembre, ç'a été un choc de titans dont ils sont sortis vainqueurs. Contre nous, la plupart des équipes ont tendance à élever leur niveau de jeu de 10 %, et l'Irlande ne fait pas exception à la règle. »

'Shag' et 'Schmiddy' sont donc dos-à-dos et seule la rencontre de samedi au Tokyo Stadium déterminera du nom du grand vainqueur de ce combat entre compatriotes. Car après cette Coupe du Monde, Hansen, l’ancien policier venu de l’île du sud prendra du recul, comme il l’a déjà annoncé.

Le nom qui revient le plus pour lui succéder ? Joe Schmidt bien évidemment ! L’ancien enseignant venu de l’île du nord a déclaré qu’il ne continuerait pas avec le Trèfle au sortir de cette compétition. Mais il a aussi confié ne pas vouloir reprendre une sélection. Mais peut-on vraiment refuser les All Blacks quand on est néo-zélandais ?

Ni l’un ni l’autre ne fera de ce quart de finale un cas personnel. Ils sont trop proches et se respectent trop pour ça. Mais nul doute que Hansen n’a pas envie de laisser son cadet (60 ans contre 54 ans) prendre le dessus, même s’il a reconnu que le sélectionneur de l’Irlande avait pu prendre le dessus tactiquement lors de leurs affrontements.

« On a des faiblesses, comme tout le monde. Il faut savoir identifier ses propres insuffisances comme celles des autres. On sait que Joe analyse beaucoup le jeu des autres, ça peut être une force comme une faiblesse. Peut-être que j'arriverai à l'amener sur une fausse piste. »

Réputé pour sa science du jeu et son analyse de l’adversaire, Joe Schmidt sera un adversaire de choix pour Steve Hansen. Mais celui-ci sait que son équipe a un avantage, l’expérience : « la grosse différence, c'est qu'on est dans un match à élimination directe. » Car ça n’aura sûrement pas échappé aux deux sélectionneurs, jamais l’Irlande n’a passé les quarts de finale d’une Coupe du Monde.

Face aux doubles champions du monde en titre, le moindre élément sera crucial et celui-ci s’avère déjà comme un atout primordial dans le jeu néo-zélandais. Comme l’a reconnu Steve Hansen, « en ce qui nous concerne, on est impatients d'être à samedi ». Pour tout dire, nous aussi !

Tableau de bord des sélectionneurs

STEVE HANSEN   JOE SCHMIDT
Nouvelle-Zélande Équipe Irlande
Mosgiel, Île du Sud, NZL Date de naissance Kawakawa, Île du Nord, NZL
60 Âge 54
Policier Profession dans le civil Professeur d'anglais
Centre Ancien poste Ailier
Shag Surnom Schmiddy
Canterbury Meilleure équipe fréquentée en tant que joueur Manawatu
Canterbury, pays de Galles,
Nouvelle-Zélande
Équipes entraînées Bay of Plenty, Leinster,
Irlande
Champion des provinces
néo-zélandaises 1997, 2001
Palmarès d'entraîneur 
(hors sélection actuelle)
Vainqueur Coupe d'Europe
avec le Leinster 2011, 2012
101 matches : 88V, 4N, 9D Bilan en tant que sélectionneur 69 matches : 50V, 1N, 18D
2 Face-à-face 2
Vainqueur 2015 Meilleure performance 
en Coupe du Monde
Quart de finale 2015, 2019
(6) 2012, 13, 14, 16, 17, 18 Titres en Rugby Championship/
Tournoi des Six Nations
(3) 2014, 2015, 2018
(4) 2012, 2013, 2014, 2016 Titres d'entraîneur
de l'année
2018

 

RNS ic/js/icr/bo/fl/sc