Le pays de Galles a le profil pour aller loin

D'après les analystes du Rugby News Service, les Gallois présentent un équilibre quasi parfait entre jeunesse et expérience.

TOKYO, le 17 octobre – Les fans du pays de Galles ont de nombreuses raisons de se montrer optimistes quant aux chances de leurs favoris d'aller loin dans cette Coupe du Monde de Rugby. Non seulement les Diables rouges ont réussi le Grand Chelem dans le Tournoi des Six Nations cette année, mais ils ont réussi une phase de poule brillante. Les Gallois ont battu l'Australie, une première en Coupe du Monde depuis 1987, et ils ont réalisé un carton plein : quatre victoires en quatre matches. De quoi faire le plein de confiance avant le quart de finale.

Profitant de la sagesse d'éléments charismatiques comme Alun Wyn Jones (photo ci-dessus), Liam Williams, et Jonathan Davies, et de l'enthousiasme de jeunes talents comme Josh Adams, le pays de Galles pourrait avoir trouvé le bon équilibre entre jeunesse et expérience qui lui permet de voir venir.

Si l'on prend la moyenne d'âge des équipes lauréates de la Coupe du Monde depuis 1987, on peut en effet le penser. L'équipe d'analystes de RugbyWorldCup.com a calculé l'âge moyen des huit groupes de joueurs qui ont soulevé la Coupe Webb Ellis, et l'a comparé avec celui des quart-de-finalistes de cette édition. Il apparaît que le pays de Galles est celui qui s'en approche le plus.

En moyenne donc, l'équipe vainqueur est âgée de 27 ans et 258 jours. Avec une moyenne de 27 ans 246 jours, les joueurs gallois en sont bien les plus proches. 

En 2011, le pays de Galles s'était arrêté en demi-finale, sorti par une équipe de France bien aidée par le pied de Morgan Parra et avantagée par le carton rouge infligé à Sam Warburton (ci-dessous). Cette équipe affichait 26 ans et 158 jours de moyenne d'âge. Un manque d'expérience qui leur a coûté cher. D'ailleurs, hormis la Nouvelle-Zélande en 1987, aucune équipe aussi jeune n'a réussi à gagner la Coupe du Monde.

Cette fois, c'est la France qui risque de payer cash son inexpérience, dimanche en quart de finale face aux Gallois. Les Bleus version 2019 sont, de loin, l'équipe la plus jeune des quart-de-finalistes, affichant une moyenne de 26 ans et 344 jours.

De son côté, la Nouvelle-Zélande a essuyé avant la compétition les critiques de la presse nationale, qui pointait l'âge avancé de l'équipe. En réalité, leurs 28 ans et 35 jours placent les hommes de Steve Hansen juste au-dessus de la marque.

D'ailleurs, les All Blacks ont remporté les deux dernières Coupes du Monde avec des équipes un peu plus âgées : 28 ans et 127 jours en moyenne en 2011, et 29 ans et 43 jours en 2015.

Cette année, ils ont amené de nouveaux talents encadrés par les expérimentés Beauden Barrett, Sam Whitelock ou  Sonny Bill Williams. Et si c'était eux le parfait équilibre ?

RNS dc/pp/ajr/jf/eb