Les Bleus à la recherche du bon équilibre

Les Français, faibles devant, donnent trop de pénalités. Ils devront améliorer leur copie s'ils veulent avoir une chance de battre les Gallois.

TOKYO, le 18 octobre – Jusqu'ici, les Français montrent dans cette Coupe du Monde un visage pour le moins inégal. Comme d'habitude, serait-on tenté d'écrire.

Brillants 40 minutes durant contre les Argentins, les Bleus ont ensuite explosé en plein vol, passant à deux doigts de perdre un match qu'ils menaient largement. Après s'être défaits des États-Unis sans vraiment convaincre pour leur deuxième match, ils ont à nouveau joué à se faire peur contre les Tonga, auteurs d'un incroyable comeback.

Si l'annulation du match contre l'Angleterre leur aura donné un précieux bonus de temps pour se préparer à leur quart de finale contre les Gallois, rien ne dit que ces deux semaines auront suffi aux Tricolores pour totalement rectifier le tir et trouver un juste équilibre entre des trois-quarts flamboyants et un paquet d'avants pâlichon.

Contre les Pumas, le XV de France a réalisé une superbe première mi-temps. Gaël Fickou et Virimi Vakatawa, de nouveau associés au centre ce dimanche à Oita, ont été omniprésents. Le premier essai des Tricolores permet de se faire une bonne idée de ce dont ces deux-là sont capables. Sur la vidéo ci-dessous (à 1'57''), on voit que lorsque le ballon arrive à Vakatawa, tout reste à faire ou presque. Mais le Racingman amuse la défense argentine et arrive à créer un début de décalage pour Fickou. Lequel montre toutes ses qualités de finisseur pour aller en terre promise.

À 2'58'', le duo est encore en vue sur l'action qui amène le deuxième essai tricolore. C'est d'abord Fickou qui pénètre dans les 22 argentins, puis, sur la phase de jeu suivante, Vakatawa parvient à se glisser dans le dos de la défense et à transmettre à Maxime Médard. Deux passes plus loin, Antoine Dupont offre cinq points de plus à son équipe. Depuis cependant, les deux hommes n'ont plus été associés. Toute la question est donc de savoir si leur complicité sera la même après un mois sans jouer ensemble. 

Mais c'est surtout devant que les Français ont du souci à se faire. Pour le moins passif, leur pack a affiché des faiblesses inquiétantes sur les mauls, au point par exemple de remettre en selle des Sud-américains pourtant menés de 17 points. À 4'20'' dans la vidéo ci-dessus, on voit ainsi Guido Petti aller marquer au milieu d'une opposition transparente.

À 5'01'', c'est au tour de Julian Montoya de profiter des largesses d'un paquet à peine plus consistant. La pire chose susceptible d'arriver à une équipe qui défend mal sur les mauls est de concéder beaucoup de pénalités, celles-ci pouvant se transformer en touches près de l'en-but. Or la France est la troisième équipe la plus sanctionnée de la compétition, derrière l'Uruguay et les Samoa.

Il est bien possible que les Bleus aient besoin d'une bonne dose d'opportunisme pour triompher des Gallois. Ça tombe bien, ils ne sont jamais meilleurs que quand le jeu est désordonné, et ils ont montré contre les Tonguiens qu'ils savaient se nourrir des fautes de l'adversaire. À 43 secondes sur la vidéo ci-dessous, Camille Chat récupère un lancer mal ajusté par le talonneur îlien et immédiatement, l'attaque se déploie au large. Alivereti Raka mystifie une défense prise de court, et Vakatawa, d'abord passeur, se mue en marqueur pour le premier essai du XV de France.

On voit une autre illustration de cet opportunisme à 1'04'', quand Baptiste Serin décide de jouer rapidement un coup franc et ouvre la voie à un essai de Raka. Reste à espérer pour les Bleus que l'absence de ce dernier ne leur sera pas trop préjudiciable.

Tôt ou tard, les Français finiront bien par trouver leur XV idéal. Ils espèrent évidemment que ce sera dès dimanche. Quoi qu'il en soit, s'ils sont apparus très à l'aise dès qu'ils ont eu de l'espace, les Tricolores ont été beaucoup plus en difficulté dans le combat. Leur taux de réussite en mêlée est le plus bas de la compétition, à seulement 78 %. Seuls les Uruguayens, désormais éliminés, ont été plus souvent pénalisés dans cet exercice.

À Oita, l'objectif premier des Bleus sera de faire vivre le ballon. Les Gallois, eux, chercheront à ralentir le jeu. Le rythme du match pourrait bien décider de son issue.

RNS sl/sdg/icr/bo/pf/sc