L'Angleterre impressionne et se qualifie pour les demies

L’Angleterre a battu l’Australie 40-16 en quarts de finale de la Coupe du Monde de Rugby 2019. Emmené par un Owen Farrell métronomique, le XV de la Rose a su garder les Wallabies à distance toute la rencontre pour accéder à leur première demi-finale de Coupe du Monde depuis 2007.

TOKYO, le 19 octobre – L’Angleterre et l’Australie se rencontrent dans le premier quart de finale de la Coupe du Monde de Rugby 2019. C’est la septième fois que les deux nations s’affrontent dans la compétition, avec en mémoire l’affiche de la finale de la Coupe du Monde 1991, remportée par l’Australie 12-6. À ce jour, les deux équipes sont à égalité avec trois victoires chacune.

L’Angleterre, première de la Poule C, cherche à prolonger sa série en cours de six victoires consécutives face aux Wallabies. Sa dernière défaite remonte au match de poule de la Coupe du Monde 2015. L’Australie, deuxième de la Poule D, s’appuie sur l’expérience de sa paire de troisièmes lignes Michael Hooper-David Pocock (27ème association). L’idée est de perturber le dispositif très physique mis en place par le sélectionneur du XV de la Rose, Eddie Jones, qui associe pour la troisième fois seulement les frères Vunipola dans le huit de devant, et Manu Tuligai au centre.

Les Wallabies sont les premiers en action, procédant par ballons portés et déploiement du jeu dans la largeur. Ils utilisent bien la vivacité de joueurs comme le centre Jordan Petaia, deuxième plus jeune joueur à disputer une rencontre de phase finale de Coupe du Monde de Rugby. Ils remportent même la première mêlée fermée ! Le ton est donné, à travers l’affrontement entre les premières lignes Kyle Sinckler, côté anglais, et Scott Sio, côté australien. 

Le doublé de May pour sa 50ème

L’Angleterre reprend petit à petit l’initiative, mais une contre-attaque lancée par l’arrière Kurtley Beale aboutit à la première pénalité.  Christian Lealiifano la passe : 3-0 pour l’Australie. Le XV de la Rose continue à occuper le terrain, avec son ouvreur et capitaine Owen Farrell à la baguette, en cherchant à son tour la vitesse et le jeu au large. Une prise de risque payante qui envoie l’ailier Jonny May à l’essai en bout de ligne. 7-3 pour l’Angleterre.

Rebelote quelques minutes après. Sur une interception anglaise menée par Henry Slade, sa passe au pied dans la course trouve May, qui aplatit au même endroit. 14-3 pour les hommes d’Eddie Jones. L’Australie tente d’accélérer le jeu et réinvestit les 22 mètres anglais. Un hors-jeu de la ligne défensive anglaise profite à Lealiifano, qui réduit le score. Mais l’Angleterre a le vent en poupe et une faute immédiatement sanctionnée dans le ruck offre trois nouveaux points à un Farrell ultra-efficace. 17-6 pour l’Angleterre.

Les Anglais dominent les débats, parfois même dans les regroupements au sol, où le flanker Sam Underhill montre également son efficacité au grattage. Le duel avec son vis-à-vis Michael Hooper est à la hauteur du match. La pause se rapproche et l’Australie en fait de même. Sur une mêlée fermée où la première ligne anglaise est de nouveau pénalisée, Lealiifano permet aux siens de rester au contact. 17-9 à la mi-temps pour l’Angleterre.

Le comeback des Wallabies tué dans l’œuf 

Les Wallabies démarrent en trombe la deuxième période avec une percée de l’ailier Marika Koroibete pour un essai qui ramène l’Australie à un petit point. Un retour de flamme rapidement éteint par la passe au cordeau de Farrell, qui trouve le pilier Sinckler dans l’intervalle pour un pur essai de centre. Le XV de la Rose reprend de la marge (24-16).

L’Angleterre creuse encore l’écart par une pénalité d’un Farrell des grands soirs. Les Wallabies tentent de dynamiser leurs options offensives en faisant entrer Matt Toomua, puis Nic White à la charnière, et en défiant le XV de la Rose par des mêlées dans l’axe. Mais la défense anglaise est redoutable. Bien recroquevillée sur sa ligne, elle garde le contrôle et repousse les assauts.

L’attaque anglaise s’avère elle beaucoup plus réaliste. Un maul lancé suite à une touche dans les 22 mètres australiens est stoppé de manière illicite. Farrell, repositionné en premier centre après l’entrée de George Ford en numéro 10, ne se fait pas prier pour ajouter trois points, puis trois autres sur une action similaire. 33-16 pour l’Angleterre.  

Le coup de grâce est porté par une interception tranchante de l'ailier Anthony Watson sur une passe hasardeuse de Beale. 40-16 pour le XV de la Rose au final. Un score lourd, mais qui reflète parfaitement la démonstration anglaise.

RNS lc/sc