La Nouvelle-Zélande franchit sans peine l'obstacle irlandais

La Nouvelle-Zélande a battu l’Irlande 46-14 en quart de finale de la Coupe du Monde de Rugby 2019. Les All Blacks ont à la fois profité de l'efficacité de leurs schémas de jeu alternés et des maladresses irlandaises pour s'ouvrir la voie d'une troisième demi-finale consécutive.

TOKYO, le 19 octobre – La Nouvelle-Zélande et l’Irlande se rencontrent dans le deuxième quart de finale de la Coupe du Monde de Rugby 2019. C’est la seconde fois seulement que les deux équipes s’affrontent dans cette compétition, depuis la victoire néo-zélandaise de 1995 en Afrique du Sud (43-19).

Après 28 défaites en 28 matches, le XV du Trèfle est désormais dans une dynamique positive face aux All Blacks. L’Irlande a en effet remporté deux de leurs trois dernières oppositions. Un fait sur lequel les hommes du sélectionneur néo-zélandais de l’Irlande Joe Schmidt veulent s’appuyer, après un parcours mitigé en Poule A (deuxième derrière le Japon), pour passer pour la première fois le cap des quarts de finale.

La Nouvelle-Zélande, invaincue et première de la Poule B, cherche à gagner en puissance sur la route d’une troisième victoire consécutive en Coupe du Monde, en s’appuyant notamment sur ses étoiles montantes : l’ouvreur Richie Mo'unga et la paire de centre Jack Goodhue – Anton Liebert-Brown, alignés aux côtés du fantasque arrière Beauden Barrett.

Les deux équipes se font immédiatement face dans le défi physique. L’expérience de joueurs comme Brodie Retallick ou Sam Whitelock, l’expérimentés deuxième ligne néo-zélandaise, trouvant du répondant du côté de la première ligne irlandaise, avec le talonneur et capitaine Rory Best en figure de proue. Les deux centres irlandais Garry Ringrose et Robbie Henshaw doivent sortir à tour de rôle sur saignement. Mo'unga ouvre le score sur pénalité pendant ce temps : 3-0 pour la Nouvelle-Zélande.

L’Irlande met la pression sur la ligne défensive néo-zélandaise, mais commet des erreurs, comme cette pénalité où Johnny Sexton ne parvient pas à trouver la touche. Les Blacks en profitent pour mettre progressivement en place leurs séquences de jeu. L’arrière Rob Kearney s’interpose sur la passe au pied de Mo'unga pour son ailier George Bridge. Ce n’est que partie remise : Aaron Smith surgit derrière le ruck et se faufile au milieu d’une défense irlandaise qui attendait le jeu vers les extérieurs (10-0).

Bis repetita quelques minutes après. La course grand champ de Bridge, parfaitement décalé par le chef d’orchestre Mo'unga, fixe un ruck devant la ligne irlandaise. Smith s’extirpe à nouveau, en force cette fois, pour aplatir. L’Irlande s’appuie sur ses bons lancements de jeu en touche, mais perd trop vite le ballon au contact ou s’en débarrasse trop vite au pied. Une interception jouée au pied et concrétisée par Beauden Barrett illustre ce trop-plein d’approximation. 22-0 pour des All Blacks très réalistes à la mi-temps.

La deuxième période démarre et les Blacks sont immédiatement en action avec une prise d’intervalle de Goodhue, lancé crinière au vent. La multiplication des temps de jeu est à nouveau fatale à l’Irlande, totalement dépassée. Le talonneur Cody Taylor hérite d’une magnifique passe après contact au sol de son capitaine Kieran Read, pour aller marquer entre les perches. 29-0.

Les tentatives irlandaises restent vaines, et notamment leurs chandelles, qui fournissent autant de munitions aux trois-quarts néo-zélandais. Tout le contraire des éclairs de génie de Beauden Barrett, en démonstration dans ses petits coups de pied pour lui-même par-dessus la défense. Également redoutable dans le domaine, Mo'unga délivre une merveille de passe au pied à Sevu Reece, qui démarque le deuxième ligne remplaçant Matt Todd pour le 5ème essai néo-zélandais.  

Le XV du Trèfle fait tout pour sauver l’honneur, mais quand ça ne veut pas... La passe au pied de Joey Carberey, remplaçant de Sexton à l’ouverture, n’est pas contrôlée par Henshaw dans l’en-but. Celui-ci se rattrape sur l’action suivante par un bel essai en première main. Cela ne change pas pour autant la capacité des Blacks à profiter illico des largesses irlandaises. Un ballon gratté dans le ruck par Adrie Savea parvient à Bridge, qui s’en va à son tour derrière la ligne.

L'essai de pénalité et le carton jaune adressé à Todd rendent à peine la pilule moins amère pour les Verts. Impressionnants dans tous les secteurs, les All Blacks s'imposent 46 à 14 - avec un nouvel essai du jeune Jordie Barrett juste avant le gong - et gagnent le droit d'affronter une impressionnante Angleterre en demi-finale.

RNS lc/mp