Itoje survole les débats

Héroïque lors de la demi-finale contre la Nouvelle-Zélande samedi, le deuxième ligne anglais a tout pour être considéré comme le plus grand talent de sa génération. Et il ne va aller qu'en se bonifiant. La planète rugby a de quoi trembler...

YOKOHAMA, le 26 octobre - Ce samedi soir, personne n'a été étonné de voir Maro Itoje être désigné Joueur du match après la démonstration de l'Angleterre face à la Nouvelle-Zélande en demi-finales de la Coupe du Monde de Rugby 2019 (19-7). Certains auraient même été tentés de lui décerner cette récompense dès l'entracte, tant le bonhomme a rayonné.

Considéré par de nombreux observateurs comme le plus grand talent de sa génération, le deuxième ligne a encore signé une prestation monumentale. La bonne nouvelle pour le XV de la Rose (et la mauvaise pour ses adversaires), c'est qu'il n'a pas encore atteint son plein potentiel.

Stratosphérique sur le terrain, Itoje commence aussi à devenir un sacré client devant les micros. C'est ainsi qu'à la veille du récital des hommes d'Eddie Jones, la star des Saracens n'a laissé le soin à personne de lancer les hostilités, en déclarant que l'Angleterre allait « se faire » les All Blacks en Nouvelle-Zélande.

Après avoir donné le ton en dehors du terrain, le joueur de 24 ans s'est mué en fer de lance de la domination imposée aux tenants du titre et favoris. Ses armes ? Un subtil cocktail de férocité brute et de dextérité hors du commun pour un joueur de son gabarit.

Pour ce choc, la Nouvelle-Zélande avait choisi d'aligner un sauteur supplémentaire, Scott Barrett, avec l'intention de gêner la touche anglaise. En vain ! Itoje s'est montré impérial dans les airs en gobant sept ballons en touche. Rassurez-vous, le garçon n'est pas parfait. C'est sur un lancer mal coordonné de Jamie George à son intention que l'opportuniste Ardie Savea a inscrit l'essai de l'espoir pour les All Blacks.

Comptez sur Itoje, dont la quête d'excellence n'a d'égale que son humilité, pour assumer ses responsabilités sur ce coup. Et soyez certains qu'il mettra les bouchées doubles à l'entraînement la semaine prochaine, histoire d'éviter que cette erreur de communication ne se reproduise pas en finale.

Interrogé sur sa prestation, le numéro 4 anglais a déclaré : « Je crois que je peux encore progresser dans l'engagement, être encore plus présent. Je crois que si j'y arrive, ça ajoutera encore quelque chose à mon jeu ».

En plus d'avoir asséné 12 plaquages et récupéré trois ballons ultra précieux, Itoje aura été le phare de cette équipe anglaise, l'homme qui aura donné le « la » à ses coéquipiers, au sol comme dans les airs.

S'agissant de son rôle dans la qualification de l'Angleterre à sa première finale de Coupe du Monde depuis 2007, le gaillard s'est voulu mesuré et pragmatique : « Pour gagner un match de rugby, il faut gagner la bataille des rucks, on l'a bien vu aujourd'hui. Tout n'a pas été parfait mais on a fait du bon boulot ».

Rendez-vous samedi prochain à Yokohama pour voir Itoje poursuivre sa quête de perfection.

RNS  cj/bo/rm/ajr/sc