All Blacks, l'adieu aux armes

Steve Hansen, le capitaine Kieran Read et quelques autres tireront leur révérence vendredi lors de la finale de bronze contre le pays de Galles.

TOKYO, le 28 octobre - L'émotion était palpable samedi dernier pour les double champions du monde sortants, après leur élimination en quarts de finale. Et elle le sera encore davantage vendredi avec l'adieu aux armes de certains de leurs plus valeureux serviteurs, à l'occasion de la finale de bronze contre le pays de Galles.

Alors que le pays au long nuage blanc est encore groggy de la gifle reçue par le XV de la Rose, le capitaine Kieran Read et le sélectionneur Steve Hansen ont laissé deviner leur détresse le lendemain en conférence de presse en finissant au bord des larmes.

Et il n'aura fallu que deux ou trois questions des journalistes relatives au soutien de leurs proches pour faire affleurer l'émotion.

Hansen a pris le temps de se servir un verre d'eau pendant qu'il évoquait le premier coup de fil passé après la défaite à son épouse Tash, tandis que Read avait des sanglots dans la voix en parlant des cartes de vœux de ses trois enfants qui l'attendaient dans sa chambre d'hôtel.

« C’est un match de rugby et ça touche les gens. Ça nous touche, confie le troisième ligne célèbre pour son front ceint d'un bandeau. Ce sont des moments que l’on apprécie. Et pour moi, qui suis papa, c’est pour ça que je veux qu'on se souvienne de moi. Tout est relatif quand on y pense. Mes enfants ne vont pas m'aimer moins. Votre famille et vos proches traversent ces épreuves avec vous. Ils souffrent avec vous. »

Un épanchement qui a sûrement à voir avec le fait que cette finale de bronze marquera non seulement sa 127ème et dernière sélection sous le maillot frappé de la fougère, mais aussi le chant du cygne pour Steve Hansen et plusieurs de ses compagnons d'armes.

Mais Hansen insiste sur l'importance de trouver l'équilibre entre l'émotion liée aux adieux et la nécessité de se remobiliser et de sortir un gros match pour la Nouvelle-Zélande, une nation pour qui perdre deux matches consécutifs relève de l'hérésie.

« Quelque part, on voit ça comme une occasion de se racheter », a confié lundi Ian Foster, l'entraîneur adjoint de Steve Hansen.

« Ce groupe ne sera plus jamais ensemble, confie Hansen. On sait que pour certains, c'est fini alors ce sera l'occasion d'exprimer certaines choses qui comptent tout spécialement pour nous. On doit être à la hauteur de tout ce que ce maillot représente. »

« Quand vous perdez, votre caractère est remis en question. Ensuite, vous avez le choix : est-ce que vous assumez vos responsabilités comme un homme, ou est-ce que vous les fuyez comme un petit garçon ? À nous de représenter notre pays à nouveau avec fierté et dignité, et d'exécuter notre plan de jeu aussi bien que possible pour obtenir un bon résultat. »

LES ALL BLACKS QUI TIRENT LEUR RÉVÉRENCE

Kieran Read
Grand capitaine et immense numéro 8, Read a signé pour deux ans avec le club japonais du Toyota Verblitz, mettant ainsi fin à ses 11 magnifiques années de carrière internationale.

Ben Smith 
Cet arrière, l'un des plus emblématiques du rugby moderne, n'a jamais réellement eu l'occasion de montrer ses qualités à Japon 2019, après avoir disparu de la liste des 23 à compter des quarts. Il devrait fêter sa 84ème cape vendredi, espérant ajouter à son compteur personnel de 37 essais avant d'ouvrir à 33 ans une nouvelle page de sa carrière avec Pau en Top 14.

Ryan Crotty
Lui aussi écarté pour les quarts et les demi-finales, le centre auteur de 11 essais en 47 sélections, s'est mis en valeur contre l'Afrique du Sud puis pendant 40 minutes face au Canada, avant d'être mis de côté au profit d'Anton Lienert-Brown, Jack Goodhue et Sonny Bill Williams. À 31 ans, Crotty évoluera désormais avec le club japonais du Kubota Spears.

Matt Todd
Le flanker de 31 ans postule à une place dans le XV pour son ultime sélection avec les All Blacks suite à sa blessure à l'épaule qui l'a privé de demi-finale contre l'Angleterre. Fidèle soldat de Hansen - dont il était l'un des chouchous - ce troisième ligne auréolé de 24 capes évoluera désormais à Ota avec les Panasonic Wild Knights, après six années passées sous le maillot kiwi.

Sonny Bill Williams
Le roi de la passe après contact n'a pas dévoilé ses projets pour l'après Coupe du Monde mais à 34 ans, beaucoup pensent que sa 58ème apparition avec les All Blacks pourrait être la dernière, avant de se lancer dans de nouvelles aventures sportives.

Suite aux rumeurs faisant de lui un entraîneur en puissance, le centre a même demandé en plaisantant aux journalistes s'ils pensaient qu'il devait postuler pour la place de sélectionneur après le départ de Steve Hansen.

RNS ic/rm/bo/rr/sc