Billy Vunipola lance la finale en conférence

Visiblement en très grande forme, le troisième ligne anglais a fait feu de tout bois ce mardi en conférence de presse. Morceaux choisis.

TOKYO, le 29 octobre – Billy Vunipola a un message à adresser à des Springboks déterminés à tout renverser sur leur passage sur la route du titre : « On vous attend ! » Tel un boxeur avant un rendez-vous, le troisième ligne anglais a fait monter la température à quatre jours de la finale de cette Coupe du Monde 2019, à Yokohama.

En demi-finales, l’Afrique du Sud a remporté un combat d’une rare intensité face au pays de Galles. Un bras de fer musclé dont les Boks sont sortis à la fois rincés, mais pleins de confiance. Au point de vouloir de nouveau mettre l’accent sur le combat physique lors de la finale, samedi, contre l’Angleterre.

Pas facile à impressionner et habitué aux joutes verbales, Billy Vunipola a pris un malin plaisir à répondre à ses futurs adversaires. Il n’est pas d’humeur à céder un pouce de terrain, tant sur le plan médiatique que sur la pelouse.

« Ils ont annoncé qu’ils voulaient répondre à la puissance par la puissance. Nous en face, on leur répond qu’on n'attend que ça, affirme d’emblée un Vunipola prêt avant même le coup d’envoi. C’est une finale. Un match où il faut être prêt à affronter ça. Eddie (Jones) en a parlé, ils ont de nombreuses armes différentes et l’une d’entre elles, c'est leur paquet d’avants. »

Interrogé sur la puissance des Springboks par rapport aux Blacks, le troisième ligne a confirmé qu’il s’attendait à une guerre des tranchées dans les zones de rucks. « Le défi a été lancé par l’Afrique du Sud. Vous les avez vus détruire le Japon et le pays de Galles. Ça va se jouer devant et il va falloir répondre présent, tant mentalement que physiquement. »

 

Stopper Vermeulen

Parmi les principales missions pour Billy Vunipola, arrêter son adversaire direct Duane Vermeulen. « J’ai joué contre lui quelques fois et c’est lui qui a remporté ces dernières rencontres, rappelle le numéro 8 anglais en faisant référence aux deux victoires des Springboks l’été dernier lors de la tournée anglaise dans l’hémisphère sud. Personnellement, je vais faire de mon mieux pour remporter ce petit duel et espérer que ça aidera l’équipe. »

S’il avait perdu ces deux rencontres, le frère de Mako conserve également un souvenir amer des analyses d’après-match. « Il avait tout simplement été meilleur que moi. C’est vous qui l’avez dit, pas moi, affirme fermement l’Anglais. Je veux faire de mon mieux pour aider l’équipe. C’est un joueur très important pour eux, un facteur de l’équation dont il faudra tenir compte. »

Les plus jeunes donnent l'exemple

En troisième ligne, Vunipola va probablement faire équipe avec les révélations de cette Coupe du Monde, Tom Curry et Sam Underhill. Deux flankers qui se régalent au plaquage et au contest. Malgré leur jeune âge, ils entraînent tout le monde dans leur sillage. Vunipola prévient de nouveau les Springboks à demi-mots.

« Ces gars sont probablement les meilleurs exemples à suivre », confie le 'papa' de cette troisième ligne, malgré ses 26 ans.

Interrogé sur l’importance psychologique des plaquages offensifs réalisés par ses deux compères de la troisième ligne, il confie : « C’est impossible à mesurer, mais on va dire que c’est contagieux. Ça montre à tout le monde qu’on peut le faire alors on se met au diapason de Sam Underhill, Tom Curry et Maro Itoje. »

Un combat annoncé comme physique, des joueurs qui font monter la sauce en conférence de presse en affirmant vouloir dominer leurs adversaires à l’impact, cette finale est déjà bien lancée.

RNS cj/js/sw/fl/lc/sc