Angleterre - Afrique du Sud : une histoire de buteurs

Les buteurs ont toujours joué un rôle déterminant lors des précédentes rencontres en Coupe du Monde entre l'Angeleterre et l'Afrique du Sud. Petit coup d’œil dans le rétroviseur direction 1999, 2003 et 2007.

TOKYO, le 30 octobre - L’Afrique du Sud et l’Angleterre se sont déjà affrontées à quatre reprises en Coupe du Monde. Bilan : 3-1 en faveur des Boks. Retour sur ces rencontres par le prisme des buteurs, décisifs dans ces matches.

1999 : le record de drops de Jannie de Beer

Si la plupart des souvenirs de cette Coupe du Monde renvoient à la demi-finale majestueuse entre l’équipe de France et la Nouvelle-Zélande, un des autres moments forts de cette édition a été la démonstration de Jannie de Beer. En quarts de finale, il corrige à lui seul l’Angleterre (44-21).

De Beer a inscrit 34 points ! Au milieu de cette forêt de points, cinq drops, record toujours inégalé. Avec cinq pénalités et deux transformations (essais de van der Westhuizen et Rossouw), c’est une copie immaculée d’échec qu’a rendue l’ouvreur (12/12).

Parfois décrié pour sa gestion du jeu de son équipe, de Beer était en revanche un buteur hors-pair. À noter qu’un certain Johan Rassie Erasmus évoluait alors sur le flanc de la troisième ligne des Boks.

2003 : le cauchemar de Koen

Quatre ans après le récital de de Beer, son successeur connaît une destinée diamétralement différente. À 28 ans, Louis Koen dispute sa seule Coupe du Monde. En ratant quatre pénalités, le n°10 casqué pense avoir vécu le pire. Mais son dégagement contré par Lewis Moody va permettre à Will Greenwood, après dribbling, d’aller marquer pour le XV de la Rose l’essai de la délivrance (6-25). Un calvaire. De l’autre côté de la pelouse, Jonny Wilkinson a marqué 20 points au pied pour son équipe.

Derrière cette Coupe du Monde compliquée, Louis Koen va rejoindre le RC Narbonne en France pour deux saisons.

2007 : Wilkinson, absent puis insuffisant

Tenante du titre, l’Angleterre de Jonny Wilkinson arrive avec la ferme intention de conserver son titre. Mais l’ouvreur enchaîne les pépins physiques les mois précédents la compétition (hernie, adducteurs, déchirure des ligaments du genou, reins, etc.) et une ultime entorse de la cheville à l’entraînement l’oblige à déclarer forfait pour le match face aux Springboks. Il a suivi des tribunes la lourde défaite de son équipe face aux Sud-africains en poules (36-0). Pendant ce temps, avec 18 points, l’arrière Percy Montgomery a meublé le score côté Boks.

Quelques semaines plus tard, les deux équipes se sont retrouvées en finale. Cette fois-ci, Jonny Wilkinson a repris son n°10 à Andy Farrell, le père d'Owen. Un retour insuffisant face à des Springboks tout simplement plus forts, à l’image d’un Bryan Habana record (8 essais en 7 matches et un titre de meilleur joueur du monde).

Samedi prochain, à Yokohama, Pollard et Farrell, les probables buteurs de chaque équipe, savent qu’ils auront une grande part de la Coupe Webb Ellis au bout de leurs crampons.

RNS cj/js/mr/fl/sc