REVOIR le Japon v Écosse de la RWC 2019

Impossible de ne pas s'en souvenir ! Le dimanche 13 octobre, alors que le typhon Hagibis a balayé le pays quelques heures plus tôt, le Japon parvient à se qualifier pour le premier quart de finale d'une Coupe du Monde de Rugby de son histoire en battant l’Écosse à Yokohama.

Samedi 11 avril 2020, les fans vont pouvoir revivre l'un des matches les plus marquants de l'histoire de la Coupe du Monde de Rugby, celui qui va offrir une place en quart de finale au Japon grâce à sa victoire 28-21 sur l’Écosse.

54,8 millions de Japonais étaient ce jour-là devant leur téléviseur à voir le match retransmis en clair sur NTV. Des centaines de millions d'autres fans étaient agglutinés devant leurs écrans dans le monde entier. Pour la première fois, World Rugby va retransmettre ce match passé dans la légende dès le coup de sifflet final, en le retransmettant sur la page Facebook de la Rugby World Cup et la chaîne YouTube de World Rugby à 13h BST et 19h BST.

Quatre ans auparavant, l’Écosse avait largement remporté la victoire 45-10 contre ces mêmes Japonais au Kingsholm Stadium lors de la Coupe du Monde de Rugby 2015. Mais quatre ans, c'est une éternité pour le rugby nippon, capable de faire des merveilles et de bousculer la hiérarchie. Avant cette victoire, les Brave Blossoms avaient fait leur entrée dans le Top 10 du classement mondial World Rugby. Leur victoire précédente contre l'Irlande les avait placés comme favoris de la rencontre à Yokohama.

Le miracle de Yokohama

Pourtant, cette rencontre, souvenez-vous, a bien failli être annulée au dernier moment. Le typhon Hagibis, qui avait causé des pertes humaines et matérielles importantes au Japon durant les 24 heures qu'il avait traversé le pays, venait de quitter les eaux territoriales. Tout un pays n'osait sortir dehors pour voir les dégâts. Et le stade de Yokohama n'y avait pas échappé.

Pourtant, grâce au travail des organisateurs, des professionnels et des bénévoles, le match, légèrement décalé dans le temps, a bien pu avoir lieu dans des conditions normales de sécurité.

Avec plus de 200 000 maillots du Japon vendus, la fièvre de la Coupe du Monde de Rugby s'était emparée du pays. Une mer rouge et blanche avait déferlé dans les travées du stade en respectant les recommandations des organisateurs.

RETROUVEZ LE BLOG DU MATCH >>>

Poussé par un incroyable public, le Japon a su garder la tête froide pour mener 28-7 au début de la seconde période. Kotaro Matsushima, Keita Inagaki et Kenki Fukuoka ont marqué pour le Japon en première période tandis que Finn Russell avait failli gâcher la fête en marquant le premier essai à la 7e minute avant que les Japonais ne reprennent le contrôle par Matsushima à la 18e.

En seconde période, si Fukuoka a marqué son deuxième essai, les Écossais ont bien essayé de remonter au score grâce à WP Nel et Zander Ferguson, mais l'équipe de Gregor Townsend a été un peu trop courte dans sa remontée, laissant les hommes de Jamie Joseph se qualifier pour le quart de finale contre l'Afrique du Sud.

Au coup de sifflet final, une explosion de joie a soulevé le pays, moins de 24 heures après qu'il ait retenu son souffle pendant le passage d'Hagibis. C'était alors une première historique pour le Japon de poursuivre en quart, ainsi que de figurer à la 7e place du classement mondial.

Plus qu'un match

« Avant le match à l'hôtel, les joueurs savaient pertinemment que c'était plus qu'un match pour nous, que beaucoup de personnes avaient travaillé dur après le passage du typhon pour que la rencontre puisse avoir lieu », se souvient le capitaine Michael Leitch.

« Nous sommes très reconnaissants d'avoir offert ça au Japon et de lui avoir procuré du plaisir pendant 80 minutes. C'est extraordinaire pour le rugby japonais et le rugby en Asie. Pour nous, se qualifier pour les quarts de finale était l'objectif minimum. Nous n'y sommes pas allés simplement avec l'idée de jouer et perdre, mais bien pour gagner. »

L'Afrique du Sud a pourtant mis un terme à cette épopée fantastique une semaine plus tard, mais n'a pas réussi à faire retomber la fierté de tout un peuple face à son équipe qui était devenue la première d'une nation du tier 2 à se qualifier en quart en douze années.