L'Afrique du Sud en a dans le réservoir

Avec une équipe remaniée et face à des Canadiens rapidement dépassés, l’Afrique du Sud a moins joué au pied et davantage cherché à porter le ballon. Une autre facette du plan A – gagner la Coupe du Monde – réalisée avec une équipe B.

KOBE, le 8 octobre - Chez les Springboks, on ne prend pas les mêmes, mais on recommence. Après avoir procédé à 13 changements entre le match contre les All Blacks et celui contre la Namibie, puis à 10 changements contre l’Italie, ce sont encore 13 joueurs différents de la feuille de match précédente qui ont été alignés par Rassie Erasmus face au Canada ce mardi, dans le cadre de la Poule B.

Mais contrairement à ce qui pourrait arriver à d'autres nations, l'Afrique du Sud n'est pas perturbée par cette rotation radicale. Le plan A – remporter une troisième Coupe du Monde – est toujours bien ancré dans l’esprit des Springboks, et ce malgré la défaite inaugurale face aux All Blacks (23-13). En quête de la meilleure carburation, le staff sud-africain essaie de s’appuyer sur le peaufinage de différentes tactiques et combinaisons de joueurs.

Contre le Canada, les Springboks ont donc beaucoup moins joué au pied que d’habitude en attaque. Le remplacement de Handre Pollard – qui n’est entré qu’à l’heure de jeu, en position de premier centre – par Elton Jantjies à l’ouverture a symbolisé ce changement tactique. Si ce n’est sur sa judicieuse passe au pied pour son ailier Warrick Gelant, dans ses 22 mètres en première mi-temps, celui-ci a surtout distribué des séquences de jeu à la main.

L'opportunisme de Cobus Reinach à l'image de l'équipe

Seuls trois joueurs titulaires contre la Nouvelle-Zélande étaient présents dans le XV de départ de ce soir : le capitaine et flanker Siya Kolisi, le deuxième ligne Franco Mostert et le centre Damian de Allende. Et contre les Canucks, force est de reconnaître que leurs partenaires ont été bien plus que des remplaçants de luxe. Derrière, le trident ailiers-arrière composé de S’busiso Nkosi, Warrick Gellant et Damian Willemse a été à la fois remuant et efficace, avec un essai pour chacun de ces joueurs.

L'ouvreur Jantjies s'est montré plutôt efficace au but : huit transformations sur 10. Quant au demi de mêlée Cobus Reinach, il a été plein d’opportunisme sur son premier essai avec une superbe passe au pied pour lui-même. Il est aussi à créditer d'un hat-trick, le deuxième plus rapide de l’histoire de la Coupe du Monde de Rugby et celui scoré le plus tôt dans un match de cette compétition. Un bon résumé de l'esprit de conquête des doublures boks. 

Devant enfin, les Sud-africains ont pu s'appuyer sur la solidité de l'attelage composé de Mostert et Snyman. Désigné Joueur du match, ce dernier a montré d'intéressantes qualités de vitesse et de course ballon en main, notamment en première mi-temps, quand les Sud-africains ont été étincelants. L’expérimenté talonneur Schalk Brits, 38 ans, a aussi prouvé que cette émulation collective était profitable aux plus anciens.

Même si les Springboks ont relâché la pression en deuxième mi-temps face à des Canadiens réduits à 14 (score de la première mi-temps : 47-0 ; score de la seconde : 19-7), nul doute qu’ils vont chercher à tirer profit de ce très large et mobilisateur passage en revue de leurs troupes. 

Les déclas d’après-match

« Je suis très content (du jeu à la main de l’équipe), surtout avec cette humidité. Parfois, les joueurs ont tendance à vouloir trop en faire mais ce soir, on a réussi à jouer simplement. »
Rassie Erasmus, sélectionneur de l’Afrique du Sud

« Ce n'est jamais bon de prendre un rouge mais on s'est serré les coudes. On aurait préféré être à 15. On a commis quelques erreurs durant les 25 ou 30 premières minutes mais on a essayé de tenir le choc jusqu'au bout. »
Tyler Ardron, troisième ligne centre et capitaine du Canada 

Les stats d’après-match

Cobus Reinach a réussi le hat-trick le plus rapide de l’histoire de la Coupe du Monde de Rugby en marquant trois essais dans les vingt premières minutes. Il bat le record de l'Australien Chris Latham (trois essais inscrits dans les 25 premières minutes du match entre l’Australie et la Namibie en 2003).

DTH Van der Merwe a joué son 15ème match de Coupe du Monde de Rugby. C’est le plus grand nombre de matches disputés par un joueur canadien.

RNS lc/sc