Comme un bon Pollard

Au terme d’un thriller palpitant où aucune des deux équipes n’a réussi à prendre le dessus sur l’autre, Handre Pollard a envoyé l’Afrique du Sud en finale de la Coupe du Monde 2019 (16-19).

YOKOHAMA, le 27 octobre – Le pays de Galles va longtemps ruminer sa défaite. Pour la troisième fois de son histoire après 1987 et 2011, le XV du Poireau échoue en demi-finales de Coupe du Monde. Le nom de son bourreau, elle le connaît : Handre Pollard. Le demi d’ouverture sud-africain a inscrit 14 des 19 points qui ont propulsé les Springboks en finale ce dimanche à Yokohama (16-19).

L’histoire est donc un éternel recommencement pour les Gallois, qui chutent si près du but en s’inclinant pour la deuxième fois consécutive en Coupe du Monde face aux Boks. Et, pour la deuxième fois consécutive également, cette défaite s’est dessinée à la 75ème minute. S’il y a quatre ans c’était une inspiration géniale de Vermeulen qui avait fait tomber Alun Wyn Jones et ses hommes, c’est cette fois-ci la botte de Pollard qui a fait le travail.

Septième marqueur de l'histoire

À tout juste 25 ans, Handre Pollard a déjà l’expérience d’un vieux briscard. Présent en 2015 avec sa sélection, le demi d’ouverture est devenu lors de cette Coupe du Monde 2019 le meilleur buteur de l’histoire des Springboks dans la compétition, détrônant un certain Percy Montgomery.

Face au pays de Galles, l’ouvreur a poursuivi sa montée dans la hiérarchie puisque, avec ses 14 points, il est devenu le deuxième meilleur scoreur de cette édition 2019 avec 47 points (juste derrière le Japonais Tamura et ses 51 unités) mais également le septième meilleur marqueur de l’histoire de la compétition (140 points), dépassant Gonzalo Quesada (135), Frédéric Michalak (136) et rejoignant l’Écossais Chris Patterson.

Biggar a perdu son duel

Joueur d’influence, Pollard a su faire basculer la rencontre. En première période, il s'est montré plutôt discret, laissant le contrôle du jeu à Faf de Klerk, qui a beaucoup occupé au pied (voir la stat du match ci-dessous). Pollard, lui, a fait le travail en se montrant impeccable au pied (3/3).

Le tournant a eu lieu peu avant l'heure de jeu. Sur un éclair, il a permis à de Allende d’aller inscrire le seul essai sud-africain de la rencontre. Dans l’axe, le n°10 s’est ravisé après avoir envisagé le drop pour finalement partir au bord du ruck et surprendre la défense galloise. Repris à moins de 10 mètres de la ligne, il a permis à son équipe d’être dans l’avancée et de trouver la faille par la puissance de de Allende sur le temps de jeu suivant.

Cette percée a été l’une des deux courses tranchantes de Pollard, désigné Joueur du match. Le match dans le match qu’il livrait à Dan Biggar a tourné en la faveur du premier. Avec 14 points, 36 mètres parcourus ballon en main et deux prises de la ligne d’avantage, il a pesé de tout son poids sur ce match.

La fin de ce chapitre était écrite

Pourtant, les Gallois ne pourront pas dire qu’ils n’étaient pas prévenus. Avant la rencontre, Pollard avait ainsi déclaré : « Ça va probablement se jouer sur une pénalité ou un drop ».

Peu de temps après, Pollard avait rajouté : « Il faut essayer de faire du 100 % au pied ». Avec 14 points et 100 % au pied (alors qu’il ne tournait qu’à 63 % jusqu’à présent dans cette Coupe du Monde), Pollard est passé de la parole aux actes en sortant le grand jeu au bon moment. Et ce d'autant plus que la plupart de ses pénalités ainsi que sa transformation n'étaient pas évidentes, excentrées sur le côté gauche essentiellement.

Si chaque match est une nouvelle histoire, un tel Pollard mérite le Prix Goncourt. Reste désormais à savoir pour quelle équipe ce roman 2019 se terminera bien. Eddie Jones et Rassie Erasmus ont une semaine pour l’écrire.

La stat : 81

Les deux équipes ont joué 81 fois au pied.
Dans l’autre demi-finale – une rencontre où les deux équipes ont beaucoup usé du pied également – le total était de… 56.

Les déclas d'après-match

« Je suis vraiment fier de mes joueurs, on a très peu de licenciés au pays de Galles comparé à d'autres nations alors on boxe largement au-dessus de notre catégorie. Les mecs donnent tout ce qu'ils ont, tout le temps, et ce soir ils ont réussi à revenir au score. C'était un match très serré. » - Warren Gatland (NZL), sélectionneur du pays de Galles

« On est en finale de Coupe du Monde. On a gagné un certain respect, mais il reste encore la moitié du chemin à faire. On aimerait vraiment gagner cette Coupe du Monde. Maintenant, on va affronter une belle équipe anglaise en finale, mais il y a vraiment un coup à jouer. On va peut-être même aller jusqu'au bout, on ne sait jamais. » - Rassie Erasmus (RSA), sélectionneur de l'Afrique du Sud 

RNS fl/sc