Du Toit et Scarratt, Joueurs World Rugby de l'Année 2019

Le Sud-Africain Pieter-Steph du Toit et l'Anglaise Emily Scarratt ont été élus respectivement Joueur et Joueuse World Rugby de l'Année 2019, en partenariat avec World Rugby, à l'occasion des World Rugby Awards à Tokyo, dimanche 3 novembre.

Le Sud-Africain Pieter-Steph du Toit et l'Anglaise Emily Scarratt ont été élus respectivement Joueur et Joueuse World Rugby de l'Année 2019, en partenariat avec World Rugby, à l'occasion des World Rugby Awards à Tokyo, dimanche 3 novembre.

Une soirée inoubliable à la Prince Park Tower, 24 heures seulement après que l'Afrique du Sud ait remporté la Webb Ellis Cup pour la troisième fois de son histoire avec une victoire 32-12 contre l'Angleterre.

Lors de cette soirée de fête pour les champions du monde d'Afrique du Sud, Rassie Erasmus a été élu Entraîneur World Rugby de l’Année et les Springboks ont également été couronnés du titre d’Équipe World Rugby de l’Année pour la première fois depuis 2009.

Pieter-Steph du Toit a été élu Joueur World Rugby de l’Année 2019, devenant le premier Springbok à recevoir cette récompense depuis Bryan Habana en 2007 et le troisième au classement général.

Alun Wyn Jones, capitaine emblématique du Pays de Galles, le flanker de l'Angleterre Tom Curry, son homologue de la Nouvelle-Zélande Ardie Savea, l'ailier de l'Afrique du Sud Cheslin Kolbe et le talonneur américain Joe Taufete’e étaient également nommés dans cette catégorie.

« À mes coéquipiers et à notre staff d'entraîneurs, tout le monde ici ce soir a dit qu'il s'agissait d'un sport d'équipe et je ne peux que le répéter avec force », a déclaré Du Toit. « En ce qui concerne mes coéquipiers, l'amitié que nous avons tissée au cours de ces derniers mois est exceptionnelle et pour moi personnellement, c'est un immense honneur d'accepter ce prix.

« Je pense que si les joueurs autour de vous jouent bien au rugby, que vous avez de bons entraîneurs qui vous accompagnent et que vous élevez vos exigences un peu plus haut à chaque fois, c'est comme ça que les résultats arrivent. C'est un sentiment incroyable et les Springboks comptent tellement pour moi que j'ai beaucoup de mal à le décrire. »

Cette année, l'Anglaise Emily Scarratt a remporté le titre de Joueuse World Rugby de l’Année, devenant la première joueuse de l'Angleterre à recevoir cette distinction depuis son capitaine Sarah Hunter en 2016.

Elle était nommée avec quatre autres candidates : les Anglaises Sarah Bern et Katy Daley-Mclean, la demi de mêlée de l'équipe de France Pauline Bourdon et la demi de mêlée de la Nouvelle-Zélande Kendra Cocksedge.

« Nous ne courons pas après des réalisations et des distinctions individuelles dans un sport d'équipe et j'ai eu beaucoup de chance de pouvoir jouer avec et contre des joueuses fantastiques au fil des années et c'est vraiment cool », a déclaré Emily Scarratt.

« La qualité du rugby en Angleterre et dans le monde entier bat des records et c’est vraiment excitant. Je pense que le rugby féminin ces dernières années a vraiment progressé et qu’il nous incombe de montrer ce que nous sommes, ce que nous valons, de montrer un rugby de qualité au plus large public possible et d’espérer que la Nouvelle-Zélande en 2021 offrira un spectacle d'enfer. »

« Ça a été une année très spéciale pour le rugby, qui a culminé avec l'une des grandes Coupes du Monde de Rugby », a poursuivi Sir Bill Beaumont, le président de World Rugby. « Tous les candidats devraient être très fiers, mais Pieter-Steph du Toit et Emily Scarratt ont été exceptionnels cette année et méritent vraiment leur récompense.

« Ils n'ont pas seulement démontré leur excellence sur le terrain, mais ils sont également de superbes ambassadeurs du rugby, une source d'inspiration pour une nouvelle génération de joueurs et de fans. »

Les lauréats ont été sélectionnés par des panels indépendants, qui ont voté depuis chaque match des Six Nations jusqu'à la finale de la Coupe du Monde de Rugby 2019. Le processus a également impliqué une contribution des joueurs. Pour plus de détails sur les panels de récompenses respectifs, cliquez ici.

 

  • Joueur World Rugby de l'Année 2019, en partenariat avec Mastercard : Pieter-Steph du Toit (Afrique du Sud)

En tant que membre du pack sud-africain, Du Toit a été titulaire sur neuf des onze tests des Springboks en 2019 et est resté sur le banc lors de la victoire sur le Canada en Coupe du Monde de Rugby 2019. Le joueur de 27 ans a oscillé entre deuxième-ligne et flanker au début de sa carrière internationale, mais il a conservé le maillot n° 7 au cours des deux dernières années. Son rythme de travail et sa polyvalence lui permettent d'être un atout dans les compositions d'équipe de Rassie Erasmus.

Étaient également nommés : Tom Curry (Angleterre), Alun Wyn Jones (Pays de Galles), Cheslin Kolbe (Afrique du Sud), Ardie Savea (Nouvelle-Zélande), Joe Taufete’e (USA).

  • Joueuse World Rugby de l'Année 2019, en partenariat avec Mastercard : Emily Scarratt (Angleterre)

La centre est revenu à XV en 2019, comme si elle n’avait jamais arrêté, après s'être consacré au sept depuis la Coupe du Monde de Rugby 2017. Elle a débuté quatre matches dans la campagne du Grand Chelem des Six Nations Féminine et a marqué un essai contre l’Écosse. La joueuse de 29 ans profite de chaque ballon, se faufilant dans le moindre espace pour libérer ses coéquipières. Elle a été l'une des plus dangereuses sur le Women’s Rugby Super Series avec quatre essais en trois titularisations et 43 points au total.

Étaient également nommées : Sarah Bern (Angleterre), Pauline Bourdon (France), Kendra Cocksedge (Nouvelle-Zélande), Katy Daley-Mclean (Angleterre).

  • Équipe World Rugby de l'Année 2019 : l'Afrique du Sud

L'Afrique du Sud a marqué l'histoire à plusieurs égards en 2019. Elle a été la première équipe à remporter le Rugby Championship et la Coupe du Monde de Rugby la même année, malgré une défaite d'entrée de jeu contre la Nouvelle-Zélande la poule B. Cette défaite, 23-13, a été la seule de l’année, après en avoir aligné 10 et avoir subi le nul lors de leurs 12 tests. Forts de leur troisième titre en Coupe du Monde de Rugby, les Springboks sont également devenus numéro un du classement mondial World Rugby pour la première fois depuis novembre 2009.

Étaient également nommés : l'Angleterre, le Japon, la Nouvelle Zélande et le Pays de Galles.

  • Entraîneur World Rugby de l'Année 2019 : Rassie Erasmus (Afrique du Sud)

Il n'avait sans doute pas planifié de devenir le sélectionneur des Springboks lors de son retour en Afrique du Sud, mais Rassie Erasmus a rempli cette mission de façon magistrale. Tacticien hors pair, il a soudé l'équipe de manière impressionnante et a été récompensé par des résultats. Cette année, l’Afrique du Sud a remporté le titre de champion du Rugby Championship et s’est remise d’une défaite face aux All Blacks pour se qualifier quand même pour la finale de la Coupe du Monde de Rugby 2019 remportée brillamment 32-12 contre l'Angleterre ; un résultat qui a propulsé l'équipe à la première place du classement mondial World Rugby pour la première fois depuis 2009.

Étaient également nommés : Warren Gatland (Pays de Galles), Steve Hansen (Nouvelle-Zélande), Eddie Jones (Angleterre), Jamie Joseph (Japon)

  • Révélation World Rugby de l'Année 2019, en partenariat avec Tudor : Romain Ntamack (France)

Champion du Monde des Moins de 20 ans en 2018, Romain Ntamack incarne le calme sur un terrain de rugby malgré ses 19 ans et le fait qu'il soit le plus jeune membre de l'équipe de France à la Coupe du Monde de Rugby 2019. Romain a fait ses débuts au centre lors du Tournoi des Six Nations contre le Pays de Galles en février mais a depuis basculé à l'ouverture où il excelle tout autant, étant titularisé sur huit de ses 12 tests depuis, dont trois au Japon. Fil de l'ancien vice-champion du monde 1999 Émile, il a clairement hérité de la lecture de son père, de son sens du jeu et de son envie d'attaquer la ligne.

Étaient également nommés : Joe Cokanasiga (Angleterre), Herschel Jantjies (Afrique du Sud)

  • Joueur de Rugby à 7 de l'Année 2019, en partenariat avec HSBC : Jerry Tuwai (Fidji)

Le meneur de jeu des Fidji Jerry Tuwai a été nommé pour la troisième année consécutive, après avoir encore une fois franchi les défenses adverses à volonté, tirant le meilleur parti de son petit gabarit pour se frayer un chemin à travers des espaces et se créer des opportunités, pour lui-même ou pour son entourage. Il n’a peut-être plus le brassard de capitaine, mais il est toujours au cœur du réacteur fidjien, aidant son équipe à remporter des titres au Cap, à Hamilton, à Hong Kong, à Londres et à Paris, ainsi qu’un troisième titre sur le World Series. A 30 ans, le jeune homme a également fait partie de la Dream Team HSBC pour la troisième année consécutive.

Étaient également nommés : Folau Niua (États-Unis), Stephen Tomasin (États-Unis).

  • Joueuse de Rugby à 7 de l'Année 2019, en partenariat avec HSBC : Ruby Tui (Nouvelle-Zélande)

Sprinteuse et travailleuse infatigable, Ruby Tui est l’une des toutes premières à figurer sur la fiche de l’équipe de l’entraîneur Allan Bunting et une personne qui ne se donne jamais à moins de 100% à la cause des Black Ferns Sevens. La jeune femme de 27 ans, à l'instar de ses collègues nommées, a eu sa place dans la Dream Team HSBC pour la saison 2019, après avoir débuté chaque match et marqué 15 essais dans toute sa saison. Une équipe de Nouvelle-Zélande sans Tui ne représente pas une perspective aussi effrayante pour les équipes, non seulement par son physique, mais aussi du fait de la façon dont elle inspire les autres autour d'elle avec ses performances.

Étaient également nommées : Sarah Hirini (Nouvelle-Zélande) et Tyla Nathan-Wong (Nouvelle-Zélande).

  • Arbitre World Rugby de l'Année 2019 : Wayne Barnes (Angleterre)

A 40 ans, il est l’un des arbitres les plus expérimentés de tous les temps, après avoir pris en charge son 90e test vendredi 31 octobre avec la finale de bronze à Tokyo à la fin de sa quatrième Coupe du Monde de Rugby. Bon communicant sur le terrain, mais aussi juge et avocat à plaidant à Londres, Barnes est arbitre international depuis 13 ans. Portant une attention au moindre détail, il est un excellent meneur d'équipe et un leader qui est toujours prêt à aider les autres à apprendre.

Étaient également nommés : Jérôme Garcès (France), Nigel Owens (Pays de Galles), Jaco Peyper (Afrique du Sud)

  • Prix de la Personnalité, en partenariat avec Land Rover : la Ville de Kamaishi

Le rugby a une longue et forte histoire avec la Ville de Kamaishi. La communauté du rugby a été un des soutiens après le tremblement de terre dévastateur et le tsunami qui a suivi le 11 mars 2011, faisant plus de 1 000 morts dans la ville. Alors que Kamaishi commençait son long chemin de reconstruction, l'idée d'y organiser des matches de la Coupe du Monde de Rugby 2019 a progressivement germé, afin de donner de l'espoir à la population locale. Une présentation émouvante a convaincu les organisateurs de Japan 2019 de retenir Kamaishi parmi les 12 villes hôtes. Le Kamaishi Recovery Memorial Stadium a été construit sur le site des écoles élémentaires et primaires détruites. Le 25 septembre 2019, 14 025 spectateurs ont été accueillis pour le match Fidji - Uruguay lors d'une journée de fête et de commémoration. Le typhon Hagibis a malheureusement poussé à l'annulation du match Namibie - Canada le 13 octobre - les deux équipes se mobilisant pour venir en aide aux sinistrés - mais Kamaishi était déjà l'une des histoires touchantes de la Coupe du Monde de Rugby 2019.

  • Prix Vernon Pugh pour services rendus au rugby : Bernard Lapasset (France)

L'ancien président de World Rugby est reconnu comme un leader exceptionnel et un véritable visionnaire. Il étaient présent lors de nombreux moments marquants de l'histoire du rugby, notamment la Coupe du Monde de Rugby 1995 en Afrique du Sud et la transition vers le professionnalisme, puis le retour du rugby dans le programme des Jeux Olympiques sous sa forme à sept, ainsi que la décision d'attribuer la RWC 2019 au Japon au cours de son mandat de huit ans de 2008 à 2016. Récipiendaire de la Légion d'Honneur en 2006 et fait Commandeur de la Légion d'Honneur dix ans plus tard, Bernard Lapasset a également joué un rôle déterminant pour que la France accueille la Coupe du Monde 2007. Il est actuellement coprésident du comité d'organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024.

  • L'Essai IRP de l'Année 2019 : TJ Perenara (Nouvelle-Zélande)

L'action part de la ligne médiane à la 77e minute de jeu contre la Namibie au Tokyo Stadium. TJ Perenara chute après une cuillère de Prince Gaoseb mais a juste le temps d'effectuer une superbe passe à George Bridge. Un ruck rapidement joué relance le ballon avec Rieko Ioane qui transmet à Brad Weber qui remonte la ligne. Un offload à l'aveugle dans le dos trouve les bras de Perenara qui court côté fermé vers l'en-but pour aplatir en coin malgré Obert Nortje et Helarius Kisting tentant une ultime action pour l'en empêcher. L'essai se joue au millimètre.

  • IRP Special Merit Award : Jamie Heaslip (Irlande)

Jamie Heaslip a disputé 95 tests pour l’Irlande, dont 13 en tant que capitaine, et cinq pour les Irish & British Lions entre 2006 et 2017. Le numéro huit a connu un succès sans précédent avec l’Irlande, notamment plusieurs titres des Six Nations et un Grand Chelem, sans oublier de nombreux honneurs sur le front national avec son club de Leinster. Hors du terrain, Jamie Heaslip a travaillé avec l'International Rugby Players et siège au Comité Rugby de World Rugby, ainsi qu'à la Commission des Athlètes du Rugby, à l'Agence mondiale antidopage et au comité international olympique, parlant à chaque fois au nom des joueurs et joueuses de tous niveaux, aussi bien à XV qu'à VII. A 35 ans, il a également travaillé de manière proactive avec la Rugby Players Ireland sur des sujets telles que la protection des données confidentielles des joueurs et des droits d’image.

Les lauréats de l'édition 2019 des World Rugby Awards :

  • Joueur World Rugby de l'Année 2019, en partenariat avec Mastercard : Pieter-Steph du Toit (Afrique du Sud)
  • Joueuse World Rugby de l'Année 2019, en partenariat avec Mastercard : Emily Scarratt (Angleterre)
  • Équipe World Rugby de l'Année 2019 : l'Afrique du Sud
  • Entraîneur World Rugby de l'Année 2019 : Rassie Erasmus (Afrique du Sud)
  • Révélation World Rugby de l'Année 2019, en partenariat avec Tudor : Romain Ntamack (France)
  • Joueur de Rugby à 7 de l'Année 2019, en partenariat avec HSBC : Jerry Tuwai (Fidji)
  • Joueuse de Rugby à 7 de l'Année 2019, en partenariat avec HSBC : Ruby Tui (Nouvelle-Zélande)
  • Arbitre World Rugby de l'Année 2019 : Wayne Barnes (Angleterre)
  • Prix de la Personnalité, en partenariat avec Land Rover : la Ville de Kamaishi
  • Prix Vernon Pugh pour services rendus au rugby : Bernard Lapasset (France)
  • L'Essai IRP de l'Année 2019 : TJ Perenara (Nouvelle-Zélande)
  • IRP Special Merit Award : Jamie Heaslip (Irlande)