REVOIR... Angleterre v Nouvelle-Zélande #RWC2019

Revivez la demi-finale historique entre l'Angleterre et la Nouvelle-Zélande à la Coupe du Monde de Rugby 2019 au Japon marquée par le défi initial au haka.

SAMEDI 26 octobre 2019 à Yokohama. L'Angleterre va se hisser à la première place du classement mondial World Rugby pour la première fois en 15 ans et accéder à la finale de la Coupe du Monde de Rugby après sa superbe victoire 19-7 contre la Nouvelle-Zélande.

C'est un résultat que personne n'avait vu venir, même si l'Angleterre avait réalisé un match impressionnant pour vaincre l'Australie 40-16 en quart de finale. Avant le coup d'envoi de Nigel Owens, les All Blacks étaient encore les redoutés double champions du monde et surfaient sur une série de 18 victoires consécutives en Coupe du Monde. Leur précédente défaite remontait au quart de finale perdu face à la France à la RWC 2007.

REPLAY de la rencontre sur la page Facebook officielle de la Coupe du Monde de Rugby ainsi que sur la chaîne YouTube de World Rugby.

Les épines du XV de la Rose

Grâce aux efforts herculéens de son pack, l'Angleterre restera en possession de la balle et du territoire pendant une bonne partie de la rencontre, notamment grâce à la montagne Maro Itoje. A la pause, les Anglais mènent 10-0, puis 13-0 à la 55e minute.

Manu Tuilagi a donné à l'Angleterre un départ de rêve avec un essai à la deuxième minute. C'est alors l'essai le plus rapide de tous les temps contre la Nouvelle-Zélande dans l'histoire du tournoi. L'essai est facilement transformé par Owen Farrell qui, quelques minutes auparavant, lançait un regard ironique plein de défi aux All Blacks transcendés par leur haka. D'autres tentatives de Ben Youngs et Sam Underhill seront rejetées par l'arbitre vidéo.

Dans cette première période, l'Angleterre n'a pu ajouter qu'une pénalité par George Ford devant les 68 843 spectateurs de Yokohama. Une seule fois auparavant, les All Blacks n'avaient pas réussi à marquer un seul point en première période d'un match de Coupe du Monde de Rugby. C'était contre l'Australie en 1991.

C'est alors que l'entraîneur Steve Hansen a décidé de faire tourner son effectif avec cinq changements d'un seul coup, puis les deux derniers quelques minutes plus tard. De quoi redonner du peps à cette équipe qui commence légèrement à douter. A la 57e, Ardie Savea débloque le compteur et Richie Mo'Unga transforme. Les seuls points des Néo-Zélandais.

En face, la mécanique du coup de pied a fonctionné à plein avec une pénalité de George Ford à la 63e, puis une autre à la 69e pour sceller le score 19-7.

« Ce que nous avons fait, c'est qu'on a gagné une semaine de plus dans la compétition, ce qui est formidable », a soufflé l'entraîneur du XV de la Rose, Eddie Jones. « Je trouve que notre discipline a été excellente, on a réussi à imposer notre rythme. Chaque fois que l'occasion s'est présentée d'attaquer, on l'a fait et bien fait.

« On voulait mourir au front et nous sommes au bord du gouffre maintenant. Nous avons une autre semaine pour en profiter et travailler en équipe. Chaque fois que vous jouez contre la Nouvelle-Zélande, vous n'êtes jamais pleinement satisfaits. Vous pouvez peut-être les battre au score, mais vous ne les voyez jamais vraiment abattus. Ils n'ont pas arrêté de nous attaquer et nous avons dû aller chercher loin les moyens de les battre. »

Steve Hansen a été magnanime dans sa défaite : « Félicitations à l'Angleterre. C'étaient des gagnants mérités. Vous aviez deux très bonnes équipes qui s'affrontaient et l'équipe qui a dominé le match a gagné le match. Maintenant, il va falloir qu'on s'en remette... »

Une semaine plus tard, l'Angleterre a manqué de soulever la Webb-Ellis Cup, laissant ce soin à l'Afrique du Sud de Siya Kolisi après s'être incliné 32-12 dans un match où elle était totalement dominée. Pour leur dernier match, les All Blacks sont sortis par le petite porte en bronze an battant le Pays de Galles, 40-17.